"Le Mécanisme Respiratoire Primaire en ostéopathie qu'est ce que c'est" ?

Pour se maintenir en bonne santé il faut que l’organisme soit correctement ventilé, qu’il ait son apport suffisant en eau, qu’il soit bien alimenté pour fournir l’énergie vitale et qu'enfin il puisse correctement éliminer les déchets inutiles.

La respiration pulmonaire favorise la bonne aération de l’organisme. Elle apporte de l’oxygène et évacue le gaz carbonique. C’est un des mécanismes vitaux. Il en existe un autre fondamental, appelé la respiration tissulaire qui concerne les échanges vitaux au niveau des cellules.

En effet, chaque cellule de notre corps reçoit son oxygène via la respiration pulmonaire mais chaque cellule reçoit aussi sa nourriture, ses enzymes, ses hormones, tout ce qui lui permet d’être la plus performante dans l’univers du corps. Elle dispose également d’un système d’élimination de ses déchets ou des métabolites qui lui permettent de rester performante en évitant l’engorgement.

Tout ce qui est rattaché à l’alimentation et au nettoyage des cellules correspond à la respiration tissulaire, en étroite relation avec le liquide céphalo-rachidien, un des vecteurs essentiels du Mécanisme Respiratoire Primaire.

Le Mécanisme Respiratoire Primaire, ce pourrait être la quille d’un bateau ou le lest du culbuto. C’est ce qui permet à l’organisme, véritable embarcation de vie, de garder son équilibre face aux intempéries, aux tout-venants qui déstabilisent le bâtiment durant la traversée, autrement dit durant le voyage sur terre.

C’est William Garner Sutherland qui eut l'intuition de ce concept de Mécanisme Respiratoire Primaire. Il y consacra une bonne partie de sa vie (cf. historique de l’ostéopathie chapître I/8). Décomposons les termes du concept pour mieux l’appréhender :

  • Mécanisme, concerne la combinaison et l’organisation du mouvement de différentes pièces osseuses et de tissus anatomiques spécifiques entre eux, qui en assurent la pérennité et l’action.
  • Respiratoire, recouvre la notion d’impulsion rythmique au niveau du crâne. Il y a quelque 10 milliards de cellules nerveuses. Il y en a 100 fois plus pour nourrir ces dernières. Les tissus de soutien qui alimentent les neurones s’appellent la névroglie qui constitue les hémisphères cérébraux. Leur contraction/relâchement s’apparente à une respiration physiologique au sein des tissus nerveux. C’est une respiration autonome et indépendante de la respiration costaleL’appellation “respiratoire” recouvre la notion de métabolisme avec le principe “formation/élimination”.
  • Primaire, ce terme renvoie à deux justifications.
    • première souligne l’antériorité du système nerveux qui commande la respiration costale. La respiration crânienne primaire est donc antérieure à la pulmonaire.
    • La seconde s’attache aux surgissements de la vie. Le Mécanisme Respiratoire Primaire apparaît chez le fœtus dès le 5ème mois. Auparavant, il bénéficie du mécanisme respiratoire de sa mère. La respiration crânienne préexiste à la respiration costale qui ne débute qu’à la naissance, avec parfois une bonne tape sur les fesses.
    • De plus, pour certains ce Mécanisme Respiratoire Primaire perdure plus de 4 heures après la mort alors que l’électrocardiogramme est plat.

 

L'osteopathie, Techniques et exercices pour tous Découvrez la suite de ce texte dans " L'ostéopathie, techniques et exercices pour tous" aux éditions Eyrolles.

Article précédent Liste des articles Article suivant

Haut de page Haut de page ^